L’apprentissage de la lecture en 2018 2018-06-16T17:52:45+00:00

L’apprentissage de la lecture en 2018

C’est un fait avéré et connu de tous :

Notre école Primaire, publique, n’apprend plus à lire comme elle le faisait il y a cent ans et comme elle le faisait encore il y a cinquante ans.

Elle laisse passer désormais, sans trop d’état d’âme, de classe supérieure en classe supérieure, des élèves qui ont des difficultés récurrentes en lecture, écriture et orthographe.

Nous retrouvons, bien sûr, ces mêmes élèves en sixième, au Collège, où ils sont alors dépassés par les apprentissages nouveaux qui leurs sont proposés.

Bien entendu, toutes les écoles primaires ne se ressemblent pas et les situations sont très différentes selon les régions, les villes, les quartiers, les écoles et les enseignants.

Il est temps de se pencher sur ce fait social qui concoure hélas à écarter encore plus les populations fragilisées d’un accès à la culture et à la connaissance indispensable à leur épanouissement futur.

Réfléchissons un peu.

L’apprentissage de la lecture en 2018

En cent ans, en termes d’apprentissage de la lecture et de l’écriture, que s’est-il passé dans nos écoles ?

Nous sommes passé des méthodes syllabiques pures et dures de nos arrières grands-mères [vous vous rappelez ? « Lili tape sa poupée, Titi rit. Jojo aussi. René lit… »] à des textes plus élaborés, certes, mais dans le cadre d’apprentissages devenus plus ou moins globaux ou phonologiques.

C’est cette « belle » période des années 1960-80. Ensuite, dans les années 80, ce fut l’arrivée des méthodes dites « mixtes » et le retour à des exercices de combinatoire plus appropriés.

Tous les ans, depuis bientôt quarante ans, trois à quatre nouvelles méthodes de lecture sortent des maisons d’éditions. Méthodes qui n’apportent rien, sinon une histoire et des personnages nouveaux remis au goût de jour. Une année, c’est la famille, une autre année c’est une histoire d’enfants, une autre année c’est une histoire de rats et une autre année encore c’est une histoire de sorcières.

Rien de vraiment nouveau dans tout cela et ces beaux manuels de lecture s’entassent toujours dans les réserves de nos écoles, manuels remplacés inéluctablement au fil des ans par d’autres manuels tout aussi inefficaces.

Pendant ce temps là, les sciences et particulièrement les sciences de la lecture avançaient… à petits pas certes mais elle avançait.

1932, c’est la liste Henmon… 570 mots suffisent pour apprendre à lire et 70 mots outils représentent 44 % de la langue ;

1940, Célestin et Élise Freinet mettaient au point de nouvelles pédagogies avec la manipulation pratique de la langue (l’imprimerie Freinet), la classe coopérative, l’entraide, l’ouverture sur les autres (les classes transplantées), etc. ;

1960, les scientifiques commencent à se pencher sur les apprentissages fondamentaux : comment mieux apprendre ? Quelle pédagogie appliquer ?

1975-1985, une équipe du CNRS dirigée par Nina Catach Directrice d’études explique le fonctionnement de notre langue qui détermine une nouvelle manière d’apprendre l’orthographe de façon raisonnée en sortant des règles/sous règles et autres listes d’exceptions des ouvrages antérieurs.

[Notre langue, nos lettres, représentent pour 80 % du SON. Le reste des lettres représente pour 20 % du SENS : Lettres Muettes, Marques Des Mots Variables et Mots Pièges. C’est un plurisystème d’écritures comme les hiéroglyphes égyptiens.]

1990, ce sont les premiers schémas fonctionnels de l’apprentissage de la lecture : quelles zones du cerveau fait quoi et est en liaison avec quelle autre zone dans quel cheminement cérébral… une révolution qui n’aurait pas dû échapper à l’école pour corriger les disfonctionnement de l’apprentissage de la lecture !

1995, c’est l’arrivée en force des neurosciences (essentiellement basées sur des observations sous IRM). La discipline s’étoffe avec les sciences cognitives ou « Comment apprendre, vite, mieux et plus intelligemment… ». Ces sciences explosent littéralement et nous offrent des tas de pistes nouvelles inexplorées.

2005, c’est l’arrivée des Tableaux Numériques Interactifs et des tablettes qui pourraient révolutionner notre façon d’enseigner. Pourquoi pas nos méthodes ?

Question : Comment notre école a-t-elle pu ne pas tenir compte de ces recherches fondamentales comme de ces avancées techniques incroyables ? Comment peut-on continuer à apprendre à lire avec les mêmes méthodes semi globales accompagnées de photocopies d’exercices parfois peu lisibles.

Nous sommes en 2018 et presque rien n’a changé dans nos méthodes comme dans nos comportements pédagogiques sauf que les photocopies ont envahi les classes pour le plus grand mal des élèves qui n’écrivent plus.

La lecture, l’écriture active, la transformation de phrases simples et compréhensives est un exercice d’apprentissage plus efficace que tous les autres.

Question simple : Accepteriez-vous une radiographie pulmonaire pour votre enfant avec un appareil des années 1950 ? Non, je ne le pense pas.

En matière de lecture écriture, il faut nous servir des nouveaux outils scientifiques que nous avons en notre possession pour redresser cette situation d’apprentissage qui nous paraît catastrophique au plan humain et social.

C’est bien le but d’OKLEAR…

OKLEAR veut travailler sur de nouvelles pistes : numériques, bien sûr, mais pas seulement !

OKLEAR veut travailler aussi sur les pistes cognitives et sur une méthode d’apprentissage où l’enfant manipule intelligemment une langue qu’on s’attache à lui faire comprendre pour mieux lui permettre de l’intégrer et de la maîtriser.

 

François-Philippe Vayssettes,

Instituteur.