Méthode d’apprentissage de la lecture 2018-06-16T19:09:18+00:00

Méthode d’apprentissage de la lecture

Principes et Avantages d’LLL
LIRE, lisons… Lis !

SYLLABIQUE (ANALYTIQUE)

LLL est une méthode d’apprentissage de la lecture purement syllabique car le fonctionnement de notre cerveau est analytique et non global (les neurosciences l’ont prouvé depuis bientôt vingt ans). Bien sûr, reconnaître 42 Mots-Outils très fréquents sans oublier de les analyser ensuite normalement n’est pas interdit. Cela permet d’aller plus vite, c’est tout.

ANALYSE

LLL correspond à une analyse de la langue que l’Apprenti peut comprendre. C’est celle de Nina Catach*. Cette analyse, appelée plurisystème, est simplifiée pour des raisons pédagogiques en « écritures représentant du SON » et en « écritures représentant du SENS »**. Pour compléter cette analyse, il est parfois utile de s’intéresser aux « écritures représentant de la FRÉQUENCE » et aux « écritures représentant des SIGNES sonores ».

DÈS CINQ ANS

LLL préconise l’apprentissage de la lecture-écriture dès cinq ans. Là encore, les neurosciences le prouvent.

DÉCLINAISON

LLL peut se décliner sous deux formes différentes mais complémentaires : une édition « papier » classique et une édition numérique avec les TNI et les Tablettes.
Dans un premier temps, ce seront les Applis sous Androïd et iOS qui seront privilégiées pour leur rapidité de mise en œuvre et leurs facilités de diffusion. Une Appli est en cours…
Les autres formes n’en seront pas pour autant oubliées.
La forme « papier » est presque plus efficace que la forme « appli ».

Forme « appli »

Forme « papiers»

méthode apprentissage lecture - Jeux papiers

DES SIGNES ÉCRITS AUX SONS

LLL part des signes écrits pour aller vers les sons (c’est le moyen le plus efficace) mais le contraire est possible en appliquant un protocole particulier et, pour le Moniteur, une plus grande maîtrise de la langue et de son enseignement. L’enseignant est toujours libre de son choix.

DES PARTIES VERS LE TOUT

Dans tous les cas de figure, on part des lettres, des syllabes pour aller vers les mots, les phrases… les textes. Nous sommes bien dans l’analyse (syllabique) et non dans la synthèse (globale).
ADAPTABILITÉ
LLL s’adapte à toutes les situations scolaires et pédagogiques. Il est possible de partir d’un « bout » de texte oral ou écrit de l’Apprenti comme il est possible de partir d’un livre d’apprentissage ou d’un texte quelconque correspondant à l’âge ou aux intérêts de celui-ci… Pratiquer une méthode d’apprentissage de la lecture dite « naturelle » (on part de ce qui intéresse l’enfant) est donc possible… voire même recommandée.

JEUX SPÉCIAUX…

LLL peut répondre à toutes les interrogations de l’Apprenti et/ou du Moniteur avec un jeu spécifique parfaitement adapté. Il y a ainsi des jeux qui, parfois, au hasard de l’apprentissage, sont fort utiles : Orthographe Modifiée (1990), Mots-Outils, Syllabes ou Verbes Très Fréquents, Mots-Pièges, Racines Grecques & Latines, les Fautes les plus fréquentes, etc.

JEUX = ANALYSE

LLL traduit et analyse la langue française en une vingtaine de jeux tous complémentaires les uns des autres. Ces jeux sont sous-tendus par le plurisystème de Nina Catach*.

MODE DISCRET

LLL peut rester « discret » et être utilisé juste occasionnellement à côté d’une autre méthode d’apprentissage de la lecture qu’elle valorisera ou épaulera plus efficacement.

PÉDAGOGIE « FREINET »

LLL favorise un esprit pédagogique particulier de type « Freinet » avec un Moniteur qui aide et soutient un ou plusieurs Apprentis sans que cela ne soit forcément un Enseignant (ce peut être un camarade plus avancé ou un parent).

LA LANGUE SE « MANIPULE »
L’APPRENTI EST ACTIF

LLL se pratique avec des jeux de cartes qui sont par essence « manipulables ». L’étude de la langue est donc appréhendée de façon « physique, matérielle » comme le Bureau du Dauphin de Dumas ou l’Imprimerie de Freinet qui sont, pour LLL, de grandes références. L’Apprenti est ACTIF avec un Moniteur qui l’aide et le dirige avec bienveillance.

LIRE, ÉCRIRE ET ORTHOGRAPHIER EN MÊME TEMPS !

LLL apprend à LIRE, à ÉCRIRE et à ORTHOGRAPHIER en même temps mais aussi à comprendre le fonctionnement de notre langue : on ne peut dissocier ces apprentissages sans les dénaturer.

« LUDICITÉ »

LLL demeure toutefois ludique dans son approche. Ce sont bien des jeux de cartes avec lesquels on joue puis des jeux sur lesquels on travaille le plus « intelligemment » possible.

LLL se décline avec des jeux de cartes. Ces cartes sont manipulables par l’Apprenti sous le contrôle de son Moniteur et servent à lire et à écrire des syllabes, des mots ou une phrase. Phrase que l’on va lire, écrire puis travailler selon un protocole. Ces mêmes cartes peuvent se manipuler aisément sous forme de JPG en version numérique (TNI ou Application sous Android).

Les lettres muettes Oklear

PROGRESSION

LLL a sa propre progression, basée sur les fréquences orales, mais peut s’adapter à toute autre progression raisonnée, d’une méthode d’apprentissage de la lecture quelconque, sans que cela nuise à sa logique interne.

FRÉQUENCE

LLL s’intéresse aux formes les plus fréquentes plutôt qu’au formes rares. Sa base de vocabulaire est de 6000 mots mais fondamentaux… Cette base suffit amplement, mais rien n’interdit de l’enrichir !
Rappel : 570 mots (dont 70 Mots-Outils) suffisent pour apprendre à lire. Pas un de plus n’est nécessaire. C’est la liste Henmon de 1932. Soyons francs, disons plutôt 1000 mots (c’est d’ailleurs le contenu des premiers dictionnaires).
Toutefois la connaissance de 6 à 8000 mots de base permet d’apprendre à lire beaucoup plus vite.
Rappel : l’oral (la compréhension) doit toujours précéder l’apprentissage de la lecture et celui-ci doit être étroitement lié à l’apprentissage de l’écriture.
ÉCRIT/ORAL & APP fr
LLL essaye de travailler de façon presque équivalente sur la chaîne écrite et sur la chaîne orale en passant de l’une à l’autre le plus naturellement possible. Pour ce faire, un Alphabet Phonétique Pédagogique fr remplace l’API habituel pour sa facilité d’utilisation.
Sa notation est identique aux lettres et aux groupes de lettres qu’acquièrent les Apprentis durant le cours de leur « apprentissage ».

FORMES ÉDITABLES DIVERSES

LLL existe sous plusieurs formes :
1) Édition « papier » d’une boîte d’apprentissage pour les parents avec des Modes d’Emplois très simples ;
2) Utilisation numérique à l’usage d’enseignants en « re-médiation » ou en CP 12 élèves sur Tableaux Numériques Interactifs type « Promethean » ;
3) Applications diverses et complémentaires sur tablettes sous Androïd et/ou iOS (ces tablettes seront de plus en plus présentes en classe).

TOUS LES SENS SONT CONCERNÉS
DU MOINS EN NUMÉRIQUE…

LLL, particulièrement sous sa forme numérique, associe conjointement l’écriture (que l’on voit)/le son (de cette écriture ou des mots que l’on entend)/l’image (qui la représente et que l’on voit)/la musique des 36 sons de la langue française (que l’on écoute). Ce presque EN MÊME TEMPS (en fait, successivement).
Plusieurs sens de l’Apprenti sont ainsi sollicités et cela est vraiment nouveau.

LE « TOUCHER » AUSSI

LLL, dans et sous sa forme « papier » utilisera bientôt un autre sens (le toucher) avec une notation en Braille sur chacune des cartes de ses deux jeux principaux (le CODE et les Graphèmes Remarquables). Une impression en 3 D (par gonflage du papier) des lettres du CODE est aussi envisagée.

ÉVOLUTION (SUR LE « COGNITIF »)

LLL peut encore évoluer, toujours grâce au numérique : en 2D et en 3D avec des exercices cognitifs très particuliers sur l’acquisition du CODE (de l’alphabet).
Un essai d’application en 2D est en cours mais bien d’autres « choses » aussi…

RÉVOLUTION ?

LLL, soyons clairs, révolutionne les méthodes syllabiques avec le numérique comme il révolutionne les Méthodes De Lecture en général avec son analyse de la langue.
Cela n’a jamais été tenté aussi clairement !

NINA CATACH :
PLURISYSTÈME ET RÉFORME DE 1990

* Nina Catach, Directrice de Recherches au CNRS, est à l’origine de l’analyse de la langue française. Analyse sur laquelle se base LLL. C’est le plurisystème.
Elle est aussi à l’origine de la réforme (de la modernisation) de l’orthographe de 1990.
Les ouvrages de référence pour n’en citer que deux sont : L’Orthographe Française, Nina Catach, éditions NATHAN Universités, 1985 et L’Orthographe, Nina Catach, éditions Que sais-je ? 1978.

EDSONS ET EDSENS

** Pour LLL, l’analyse de la langue correspond à la différenciation entre écritures de SON et une écritures de SENS. C’est tout, mais c’est essentiel.

EDSONS ou EDSENS ?

Prenons les exemples suivants : Ils marchaient… parent…
Le AIENT, aient de marchaient n’est pas une écriture de SON mais bien une écriture de SENS car cette écriture marque la troisième personne du pluriel de l’imparfait des verbes du premier groupe en -er comme le S, s muet de Ils marque le pluriel du pronom personnel sujet.
Il y a parfois ambiguïté… ici, le AIENT, aient représente aussi le son AI, ai [è]. C’est donc aussi une écriture de SON…
Si le P, p [p]… le A, a [A]… le R, r[R] … le EN, en [AN] sont bien des écritures de SONS, par contre le T, t final muet de parent est lui une écriture de SENS à part entière. Pensez à la famille de mots issue de parent : parental, parenté, etc.
AUTRES PISTES :

LE « COGNITIF », LES NEUROSCIENCES…

LLL s’intéresse aussi aux neurosciences et à tout ce que ces sciences nouvelles disent sur l’apprentissage et les exercices cognitifs (intelligents)… Les travaux et les conférences de Stanislas Dehaene, Professeur au Collège de France, sont une source d’informations intéressantes. Il y en a beaucoup d’autres… elles émanent du monde entier désormais et sont liées aux développement des techniques « d’imagerie médicale » sous IRM.

Pour clore cette présentation…

AUTHENTIQUE MDL

LLL, accompagné de ses protocoles, de ses tableaux, de ses modes d’emploi et de ses jeux est une vraie méthode d’apprentissage de la lecture, de l’écriture et de l’orthographe.

ET POUR FINIR : LA PÉDAGOGIE !

Vous êtes Moniteur : votre attitude est importante. Tout comme moi, vous ne savez pas tout : savoir s’arrêter pour contrôler une information ou avoir un doute. CELA EST PARFAITEMENT NORMAL. L’avouer aux enfants aussi.
L’Apprenti ne fait des « fautes » que l’on sanctionne… Il fait juste des « erreurs » dans une langue qui n’est pas simple, même pour nous !
Le Moniteur est là pour éviter les « bourbiers » dans lesquels l’Apprenti pourrait s’enliser. Sans jugement et toujours avec bienveillance.

Pour LLL,
François-Philippe Vayssettes.